La représentation des troubles mentaux auprès du grand public peut être paradoxale.

D'un côté, ils exercent une fascination et un certain nombre de fantasmes (diffusés par les tabloïds et les nombreuses œuvres de fiction mettant en scène des troubles psychiques) ; de l'autre, ils font peur, et leurs approches artistiques, souvent terrifiantes, sont prises pour argent comptant. Fréquemment abordée, la maladie mentale reste pourtant mal comprise.La médiatisation de certains symptômes est-elle un vecteur de stigmatisation ou, au contraire, le moyen de donner un visage à des troubles mal connus  

Avec :
Dr Jean-Victor Blanc, médecin psychiatre à l’Hôpital Saint-Antoine (AP-HP), à Paris, s’occupe des addictions de la génération « millennials » et des patients atteints de troubles bipolaires. Auteur de : Pop et psy comment la pop culture nous aide à comprendre les troubles psychiques, aux éditions Plon.Pr Prosper Gandaho, professeur de Psychiatrie d’adultes à l’Université de Parakou Bénin. Chef du service de Psychiatrie du Centre Hospitalier Départemental et Universitaire du Borgou, à Parakou, au BéninGérard Garouste, peintre, graveur et sculpteur français. Auteur du livre L'Intranquille, Autoportrait d'un fils, d'un peintre, d'un fou aux éditions l’Iconoclaste.
En fin d’émission, nous faisons le point sur une étude de la Haute autorité de santé HAS qui préconise l’extension du dépistage de la drépanocytose à la naissance. Nous en parlons avec le Dr Corine Pondarré, spécialiste de la drépanocytose, qui dirige le centre de référence pédiatrique au sein du Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil.