S’engager dans une relation amoureuse, lorsque l’on ne désire pas fonder de famille, nécessite un accès à la contraception, de disposer de produits ou de méthodes pour empêcher la conception. Mais aujourd’hui, d’après l’OMS, 225 millions de femmes n’ont pas accès à cette contraception dans les pays en développement, en dépit de leur souhait de retarder ou d’empêcher une grossesse.

Conséquence : près de 16 millions de jeunes filles, âgées de 15 à 19 ans, mettent au monde des enfants chaque année.

Quelle contraception aujourd’hui pour les jeunes en Côte d’Ivoire ? Quel frein ou blocage à l’accès aux méthodes et produits contraceptifs ? Est-ce qu’il faut encore se cacher pour se protéger d’une grossesse ? Qu’en pensent les aînés ?

Emission enregistrée à Abidjan en Côte d'Ivoire
Dr Germaine Mocket, gynécologue obstétricienne, spécialiste des IST. Consulte dans un centre de santé urbain à base communautaire de la Riviéra Palmeraie, dans le quartier de CocodyEuphrasie Coulibaly, présidente de l’Association réseau des jeunes ambassadeurs pour la planification en Côte d'Ivoire Dr Gotianwa Sanogo, adjointe au chef de service prévention et programmation au Programme national santé scolaire et universitaire des adolescents et des jeunes. Médecin chirurgien-dentiste en santé publique.