Depuis août dernier, le Nord-Est de la RDC fait face à une flambée du virus Ebola et le seuil du millier de décès a été franchi le mois dernier, ce qui fait de cette épidémie la plus meurtrière depuis la catastrophe sanitaire qui avait frappé l'Afrique de l'Ouest (essentiellement Guinée, Libéria et Sierra Leone) entre 2014 et 2016.

Les acteurs internationaux ont été dépêchés dans les provinces du Nord Kivu et de l’ITURI  pour circonscrire l’épidémie. Mais la riposte est freinée par la défiance de la population. Le 19 avril dernier, un médecin de l’OMS a été tué lors d’une attaque visant l’hôpital de Butembo. La lutte contre l’épidémie se retrouve conjointement affectée par la persistance des violences régionales, les déplacements de population et le contexte politique.

Que faire face à cette défiance ? Comment le contexte politique a-t-il freiné la riposte sanitaire ? Comment adapter la prise en charge les nouveaux cas, dans ce contexte sensible ?
Dr Alain Epelboin, médecin anthropologue au CNRS, consultant pour l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé)Pr Denis Malvy, infectiologue au Service des Maladies Infectieuses et Tropicales du CHU de Bordeaux et expert international dans la gestion de la crise sur Ebola.André Jincq, coordonnateur de la réponse à Ebola, pour l’ONG Alima, à Katwa (près de Butembo)Jason Stearns, directeur du groupe d'études sur le Congo à l'université de New York.
En fin d’émission, nous faisons le point sur les nouveaux objectifs du ministre de la Santé et des Affaires sociales du Mali, Michel Sidibé, une semaine après sa nomination.