A l’occasion de la Journée mondiale de dépénalisation de l'avortement, nous abordons ce sujet encore très tabou. L’OMS estime à environ 22 millions le nombre des avortements à risques pratiqués, dans le monde chaque année, pour la plupart dans les pays en développement. Les lois restrictives qui contraignent les femmes et les jeunes filles à recourir à des avortements à risque entraînent 47 000 décès, et plus de 5 millions de cas de complications. Les avortements à risque sont l’une des principales causes de mortalité pour les jeunes filles de 15 à 19 ans, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.
Avec :

  • Dr Christian Jamin, gynécologue endocrinologue à Paris
  • Dr Abdoulaye Diop, gynécologue obstétricien, médecin chef à la Clinique Nest à Dakar au Sénégal. Il travaille sur les complications des mutilations génitales féminines, en particulier sur les kystes clitoridiens.
  • Adam Dicko, présidente du Mouvement d’action des jeunes de l’International Planned Parenthood Fédération (IPPF) pour la région Afrique, membre du Conseil consultatif sur la planification familiale de l’UNFPA-Mali.
  • Daisy Schmitt, chargée de programme droits des femmes Mouvement mondial des droits humains (FIDH). En fin d’émission, nous retrouvons la chronique sexualité du Dr Catherine Solano, sexologue.