Priorité santé

Priorité santé

RFI - Caroline Paré

Etre en bonne santé est un besoin universel. Caroline Paré reçoit en direct des spécialistes pour faire le point sur l’actualité médicale dans le monde. Le but : faire de la prévention auprès du grand public, l’informer sur ses droits, sur les traitements et les moyens d’y accéder.

Podcast
En cours de lecture

Priorité santé - Transe, malaises et crises

priorite_sante_1_20191209.mp3

priorite_sante_1_20191209.mp3

Télécharger Télécharger ( 22 Mo )

Coup de projecteur sur les névroses collectives mais bénignes, qui isolent un groupe de la réalité : crises délirantes, transes, visions, manifestations hystériques qui peuvent susciter l’incrédulité et inquiéter.  

Crise de larmes, agitation, évanouissements qui touchent unes à unes, des lycéennes d’une même classe ; phénomène qui touchent différentes régions, différents groupes de populations. Ces événements sont perçus comme des manifestations d’emprise mystique, par une partie de l’opinion et donnent lieu à des interprétations multiples. Ils sont analysés par les professionnels de la santé mentale et de l’anthropologie : nous leur donnons la parole.

Comment se manifestent ses névroses collectives ? Existe-t-il des contextes favorables à leur émergence ? Pourquoi les jeunes filles sont essentiellement concernées ? Existe-t-il des contextes favorables ?
Dr Alain Epelboin, ancien médecin Anthropologue au CNRS et au MNHN-Musée de l’Homme à  Paris  Dr Patrick Clervoy, Médecin, ancien professeur de psychiatrie à l’Ecole Du Val-de-Grâce. Auteur de : « le pouvoir de l’esprit sur le corps », aux éditions Odile JacobDr Haoua Sidibé, Chef de service de neurologie à Niamey au Niger
En fin d’émission, nous retrouvons la chronique nutrition de Stéphane Besançon directeur de l’ONG santé diabète à Bamako au Mali.

Emission en partenariat avec le magazine Votre santé. Pour consulter le magazine, cliquer ici.

 

Podcast
En cours de lecture

Priorité santé - Prise en charge psychosociale du traumatisme post-génocidaire, 25 ans après

priorite_sante_1_20191206.mp3

priorite_sante_1_20191206.mp3

Télécharger Télécharger ( 22 Mo )

En 1994, le génocide des Tutsis au Rwanda a entraîné, d’après l’ONU, la mort de plus de 800.000 personnes. Vingt-cinq ans après, les séquelles psychiques sont toujours présentes. Cauchemars, crises d’angoisse, dépressions, difficultés d’apprentissage chez les adolescents…

Comment les victimes se reconstruisent-elles ? En quoi consiste la prise en charge psychiatrique des victimes et des bourreaux ? Quel est le regard des acteurs, soignants et victimes sur leur parcours et leurs approches thérapeutiques ?
Dr Darius Gishoma, psychologue clinicien et enseignant à l’Université du Rwanda au Collège de Médecine et des Sciences de la SantéAnnonciata Mukamugema, rescapée. Membre de l’association des Femmes rescapées. Co-auteure de Cahiers de mémoire, Kigali, 2014Béatrice Niweburiza, rescapée. Membre de l’association des Femmes rescapées. Co-auteure de Cahiers de mémoire, Kigali, 2014. A été pendant de longues années «conseillère en traumatisme» pour l'Avega (Association des veuves du génocide) où elle a suivi des personnes gravement traumatisées ou malades pendant de longues années.

Podcast
En cours de lecture

Priorité santé - Jeunes et VIH

priorite_sante_1_20191204.mp3

priorite_sante_1_20191204.mp3

Télécharger Télécharger ( 22 Mo )

Selon l’OMS, les jeunes âgés de 15 à 24 ans représentaient 40% de l’ensemble des nouvelles infections par le VIH en 2009. On compte cinq millions de jeunes vivant avec le VIH. Ils doivent vivre leur séropositivité, alors qu’ils découvrent de nouvelles facettes de leur existence : sexualité, parentalité, insertion dans le monde du travail…

Comment concilier la prévention avec la période de l’adolescence, marquée par la découverte et le test des limites ? Quelles sont les problématiques de ces jeunes ? Quels sont leurs besoins ? Comment ont-ils décidé de prendre leur avenir en main ? Faut-il axer prévention et traitement sur l’âge de la population prise en charge ?
Rodrigue Koffi, coordinateur du réseau Grandir EnsembleTatiana, Paire éducatrice depuis 3 ans au sein de l'ONG Aides Médicales et Charité (AMC) de Lomé. Ambassadrice du réseau Grandir EnsembleDr David Masson, pédiatre spécialiste du VIH, a travaillé sur le projet GRANDIR.
Une émission réalisée en partenariat avec l’Initiative 5 %, facilité mise en œuvre par Expertise France et complémentaire du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Contacts et liens utiles de «Espace Jeunes», la plateforme d'information et de conseils en matière d'IST, VIH et santé sexuelle, développée et gérée par des jeunes Pairs Éducateurs d'une organisation membre de Grandir Ensemble (ARCAD Sida) en direction des adolescent.e.s et jeunes à Bamako et ses environs :Contacter Espace JeunesPage Facebook d'Espace JeunesLa page Youtube d'Espace Jeunes

Podcast
En cours de lecture

Priorité santé - Couverture santé au Rwanda: un exemple à suivre?

priorite_sante_1_20191205.mp3

priorite_sante_1_20191205.mp3

Télécharger Télécharger ( 22 Mo )

Sur le continent africain, le Rwanda est souvent cité, à titre d’exemple, pour sa couverture santé obligatoire. En effet, depuis 2006, 98% de la population rwandaise est couverte. Les effets s’en ressentent en termes d’accès aux soins, mais également d’amélioration d’indicateurs démographiques et sanitaires, tels que l’espérance de vie ou la mortalité maternelle et infantile.

Comment cette couverture fonctionne-t-elle ? S’agit-il d’un cas unique en Afrique ? Est-ce que toutes les franges de la population sont inclues, dans ce système ? Quels sont les projets pour améliorer le système ?
Dr Diane Gashumba, ministre de la Santé du RwandaDr Solange Hakiba, directrice générale adjointe de l’Agence rwandaise de sécurité socialePhilomène Rubayiza, superviseure de la santé communautaire à l'Hôpital de Masaka, au Rwanda.Dr Emile Rwamasirabo, professeur de médecine, ancien directeur de l'Hôpital universitaire de Kigali et praticien au sein de l'Hôpital du Roi Faycal.
 

Une émission réalisée en partenariat avec l’Initiative 5 %, facilité mise en œuvre par Expertise France et complémentaire du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

 

Podcast
En cours de lecture

Priorité santé - Envenimation (Rediffusion)

priorite_sante_1_20191202.mp3

priorite_sante_1_20191202.mp3

Télécharger Télécharger ( 22 Mo )

1 million de personnes sont mordues, par des serpents, chaque année. Plus de 20.000 décèdent et 10.000 souffrent d'une invalidité permanente ou subissent une amputation. L’envenimation peut aussi être provoquée par des hyménoptères (frelons, guêpes), les araignées, scorpions, scolopendres ou la piqûre d’animaux marins (méduses, oursins, poissons). Rares sont les victimes d’envenimation à avoir accès à un anti-venin efficace, en raison d'une chaîne d'approvisionnement défaillante.

Que faire en cas de piqûre ou de morsure ? Quels sont les nouveaux traitements ?
Pr Jean-Philippe Chippaux, directeur de recherche à l'IRD (l'Institut de recherche pour le développement), travaille au sein d'une équipe de l'Institut Pasteur de Paris.Dr Absa Lam Faye, responsable de l’Information Toxicologique au Centre Anti-Poison de Dakar au Sénégal. Secrétaire générale de la Société Africaine de Vénimologie.