A l’initiative de l’OIF (Organisation internationale de la francophonie) et de l’ONUSIDA, nous faisons le point sur la conférence consacrée aux faux médicaments en Afrique subsaharienne, qui s’est tenue le 22 mai, au siège de l’ONU, à Genève, en Suisse. D’après les nouveaux travaux de recherche menés par l’OMS, un médicament sur dix en circulation dans les pays à revenu faible ou intermédiaire est soit de qualité inférieure, soit falsifié. Comment mettre fin à ce trafic ?

Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie
Michel Sidibé, directeur exécutif de l’ONUSIDA
Simon Kaboré, directeur du Réseau pour l’accès aux médicaments essentiels (RAME), du Burkina Faso
Pernette Bourdillon Esteve, analyste au sein du système mondial de surveillance et de suivi des produits médicaux de qualité inférieure ou falsifiés à l’Organisation mondiale de la santé (OMS)