On parle de mariage forcé lorsque l’un des partenaires, ou les deux, n’est pas en mesure de consentir librement au mariage, du fait de pressions sociales ou de menaces de violence. Le mariage avant l’âge de 18 ans concerne près de la moitié des jeunes filles en Asie du Sud, et plus du tiers des jeunes filles en Afrique subsaharienne. Violences physiques et sexuelles, complication lors des grossesses précoces, mortalité maternelle, dépression… Quelles sont les conséquences de ces mariages forcés sur la santé de ces filles et jeunes femmes ?

Pr Blandine Thieba, gynécologue obstétricienne, chef du Département de Gynécologie obstétrique, professeure titulaire à l’Université Ouaga et présidente du Comité d’organisation de la Société Africaine de Gynécologie obstétrique, est une fervente défenseure des droits des femmes et des filles au Burkina Faso.
Dr Ghada Hatem, médecin chef à la Maison des femmes de l’Hôpital Delafontaine à Saint-Denis, en région parisienne.

En fin d’émission, nous retrouvons la chronique nutrition de Stéphane Besançon, nutritionniste, et directeur de l’ONG Santé Diabète à Bamako au Mali.