Dans la région du Kanem, région sahélienne, au nord de N’Djaména, les indicateurs concernant la santé maternelle et infantile sont au plus bas. Alors que le mariage des mineurs est interdit par une ordonnance de 1993, un tiers des filles de moins de 15 ans est victime d’un mariage précoce. Ces mariages et grossesses précoces ont des conséquences dramatiques sur la santé des jeunes mères et des enfants. 20% des enfants naissent avec un poids inférieur à 2,5 kg. Le nombre de décès en raison de la malnutrition est en constante augmentation. De façon générale, l’analphabétisme des mères, le poids de la tradition et le manque criant d’infrastructures sont un véritable frein à l’accès aux soins. Quelles sont les avancées dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile au Tchad ?
(Rediffusion du 2 octobre 2017)
→ Un reportage d'Igor Strauss.