A l’occasion de la Journée mondiale de l’excision, nous abordons la question de ces mutilations sexuelles féminines. Selon les estimations de l’OMS, entre 100 et 140 millions de femmes ont subi une forme de mutilation génitale. En Afrique, 91,5 millions de femmes et de filles de plus de 9 ans vivent actuellement avec les conséquences de mutilations sexuelles féminines. Toujours en Afrique, on estime que 3 millions de filles par an risquent de subir ce type de mutilations.
Avec :
- Dr Ghada Hatem, médecin-chef à la Maison des femmes de l’Hôpital Delafontaine à Saint-Denis, en région parisienne
- Marion Schaefer, déléguée générale de l’association « Excision Parlons-en ! »
- Dr Sarah Abramowicz, chirurgienne spécialiste en Chirurgie réparatrice de l’excision et des mutilations génitales féminines à la maternité André Grégoire à Montreuil en Seine-Saint-Denis
- Finda Iffono, chef de projet « Sauvons les filles de l’excision » à Plan Int’l Guinée
- Fara Djiba Kamano, directeur exécutif de l’ONG d’Accompagnement des forces d’actions sociocommunautaires (AFASCO).